Le patrimoine de notre société exposé au Musée d’Histoire des Sciences de Genève


Le Musée d’Histoire des Sciences (MHS) vient d’inaugurer sa nouvelle exposition temporaire, « Images de Science », où la Société Astronomique de Genève (SAG) est bien présente.

En effet, suite aux recherches faites sur le patrimoine de la SAG, mettant en évidence son riche héritage, le MHS a proposé d’exposer une partie de ce matériel dans sa nouvelle exposition.
2-20170516_160246On y trouve, entre autres, plusieurs lunettes anciennes et leurs accessoires, un planétaire éducatif, un globe céleste, mais aussi beaucoup de livres incluant une belle collection des œuvres de Camille Flammarion.
4-20170516_155032Et surtout, chose inestimable, l’ensemble des dessins et notes d’observation produites par Maurice du Martheray, membre fondateur de la SAG et excellent observateur.
5-20170516_155018Une des lunettes mentionnées plus haut est, d’ailleurs, l’instrument avec lequel il a fait la plupart de ses observations: le Soleil, la Lune, des planètes, surtout Mars et Jupiter, les comètes et des astéroïdes.
1-20170516_194134Dans un article reprenant l’ensemble de son œuvre, son collègue E. Antonini estimait un total de 12000 à 15000 observations enregistrées. On y trouve aussi ses premiers carnets de notes, commencés avec le passage de la comète de Halley en 1910.
Ainsi, ne manquez pas de visiter la salle « Astronomie » du MHS spécialement réaménagée, et apprécier les trois lunettes, le globe céleste, le planétarium et le cercle répétiteur, une section consacré a Camille Flammarion et une autre a Maurice du Martheray, avec une vitrine où est exposée une sélection de ses dessins.
A très bientôt !


Pour visiter l’exposition (accès libre et gratuit):
T. +41 (22) 418 50 60
Horaires d’ouverture du Musée d’Histoire des Sciences

Pollution lumineuse et extinction exceptionnelle de l’éclairage public à Archamps

Rencontres transfrontalières sur la pollution lumineuse
Dans le cadre de son action en faveur d’un ciel noir, la Société Astronomique de Genève a participé aux rencontres transfrontalières sur la pollution lumineuse. Notre société y a donné un exposé concernant l’impact de l’éclairage des villes sur le monde astronomique auprès des participants. Organisée sous l’égide du Canton de Genève, de Régionyon et de la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature du département de l’Ain, ces rencontres ont été couvertes par la Tribune de Genève. Elles ont permis des échanges fructueux entre différents acteurs concernés par l’éclairage nocturne.

Extinction exceptionnelle de l’éclairage public pour observer le firmament
En lien avec sa politique de développement durable et la mise en place de l’Agenda 21 local, la municipalité d’Archamps (France) a organisé une manifestation le 31 mars 2017 sur le thème de la nuit annoncée dans la Tribune de Genève en partenariat avec :

  • la Maison du Salève (France),
  • la Société Astronomique de Genève (Suisse),
  • le club Astronomique Antarès (France),
  • le club d’Astronomie Orion du Pays de Gex (France),
  • le Muséum d’histoire naturelle de Genève (Suisse),
  • le Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris (Suisse).

Fait unique pour cette soirée spéciale, l’éclairage de l’ensemble du territoire d’Archamps a été maintenu éteint plongeant la commune dans l’obscurité totale afin de permettre l’observation du ciel. Cette initiative a permis à plus d’une centaine de personnes d’observer la lune, Jupiter, nébuleuses et galaxies de 20h à minuit au travers des instruments des membres de trois sociétés astronomiques présentes pour l’occasion.

Les participants de la soirée furent très enthousiastes et de nombreuses conversations ont permis de faire comprendre l’importance de la nuit pour les humains, la faune, la flore et bien entendu des observations astronomiques. Cette soirée a été également relatée par la Tribune de Genève. Voici un cliché pris à Archamps lors de l’extinction:

Ciel d'Archamps

Voici quelques photographies de l’événement (suite du texte ci-après):

Voici, ci-après, la lettre remise par la mairie d’Archamps suite à cette manifestation. En cliquant sur la lettre ci-dessous, il est possible de la visualiser en plein écran.

Nous lui exprimons notre gratitude d’avoir rallumé les étoiles en coupant l’éclairage public (suite du texte ci-après).

2017-04-10_Lettre_mairie_ArchampsSous un angle astronomique, notre univers est occulté par la lumière des villes alors que durant l’antiquité de nombreuses constructions ont été orientées par rapport aux étoiles. L’agriculture a pendant de nombreux siècles été guidée par la ronde des astres. Aujourd’hui plus de la moitié des Européens n’ont jamais vu la voie lactée : notre propre galaxie où siège notre soleil parmi plus de 100 milliards d’étoiles qui la compose.

Fait intéressant – même sans éclairage à Archamps – il était possible de distinguer parfaitement les routes, trottoirs et autres éléments du mobilier urbain.

Une expérience de sensibilisation inédite … à renouveler !

Extinction de l’éclairage public à Archamps le 31 mars 2017 annoncée dans la Tribune de Genève

La Société Astronomique de Genève organise une manisfestation le vendredi 31 mars 2017 sur le thème de la nuit conjointement avec :

  • la Mairie d’Archamps (France)
  • la Maison du Salève (France),
  • le Muséum d’histoire naturelle de Genève (Suisse),
  • le club d’Astronomie Orion du Pays de Gex (France),
  • le Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris (Suisse).

Dans le cadre de l’exposition à la Maison du Salève « Les couloirs de la nuit », la Lune, les amas d’étoiles et les constellations seront au programme… Venez observer le ciel avec les télescopes des membres de la Société Astronomique de Genève et du club Orion d’astronomie du Pays de Gex.

Le rendez-vous est donné à 20h00 devant la mairie d’Archamps. Les habitants seront guidés vers le lieu d’observation.

A cette occasion, la commune éteindra l’éclairage public pour permettre de se réapproprier le magnifique spectacle du ciel nocturne et de jouir du ballet cosmique qui danse au-dessus de nos têtes depuis la nuit des temps. Cette extinction permettra à tous et à toutes de rouvrir la fenêtre sur l’univers … que les peuples de l’antiquité contemplaient chaque nuit.

En cas de temps couvert, une conférence sera donnée à la salle polyvalente d’Archamps dès 20h30 par Pascal Moeschler, Conservateur au Musée d’Histoire Naturelle de Genève et Eric Achkar, Président de la Société Astronomique de Genève. Cette présentation abordera la faune, la flore et l’astronomie.

Moment convivial et de découverte assuré ! Nous vous attendons nombreux !

La manifestation a été annoncée dans la Tribune de Genève :

2017-03-31_Tribune_de_Geneve

N’oubliez pas de prendre des vêtements chauds, des chaussures de marche et une paire de jumelles.

Les émissions de lumière ne cessent d’augmenter : Tribune de Genève (27.12.2017)

Journée Suisse de l’Astronomie le 25 mars 2017

Le 25 mars 2017 aura lieu la Journée Suisse de l’Astronomie (article en allemand) organisée par la Société Suisse d’Astronomie.

Notre société participera à cet événement : séance d’observation du soleil et conférence sur les origines de la vie au Musée d’Histoire des Sciences.

Tout le détail se trouve à ce lien.

Cet événement est gratuit et tout public.

 

L’étoile du Berger

Visible le soir
En ce moment une étoile d’un vif éclat est visible après le coucher du soleil en direction de l’Ouest.

Par sa brillance, cet astre qui porte le nom d’étoile du Berger surpasse toutes les étoiles se trouvant dans son voisinage. Mais qu’est-ce que l’étoile du Berger ?

Une planète
L’étoile du Berger est en fait la planète Vénus dont l’éclat est lié à sa proximité avec la terre et également à l’albédo élevée de son atmosphère. Contrairement à une étoile, qui génère elle-même sa lumière, Vénus ne fait que réfléchir la lumière du soleil.

Une orbite intérieure
Vénus orbite autour du soleil à 108 millions de kilomètres du soleil et la Terre à 149 millions.

De ce fait Vénus est une planète « intérieure » du point de vue orbital par rapport à la terre.

Pour un observateur terrestre, elle restera au voisinage du soleil et sera visible soit avant le lever du soleil ou après son coucher. Elle indiquera respectivement l’Est le matin et l’Ouest le soir.

C’est l’astre le plus brillant après le soleil et la lune. Cette particularité la rendait utile pour les bergers qui pouvaient facilement s’orienter dans les temps reculés lorsque le soleil était sous l’horizon.

Ouverture d’une section jeune

Si tu as entre 16 et 25 ans et que tu es passionné par l’astronomie, cet article te concerne.

Le but de cette section est de promouvoir l’astronomie auprès de nous, les jeunes, et de développer nos connaissances en la matière.

Nous nous retrouvons 1x par mois, les jeudis ou vendredis dès 18h30 pour une durée d’environ 2 heures. Toutes les activités fixes sont suivies d’un repas canadien (non obligatoire) et, si la météo le permet, par une observation astronomique sur le toit de notre local.

Dans notre programme tu trouveras:

  • des films commentés
  • des conférences données par des SAGistes ou des intervenants extérieurs
  • de la pratique : observations du soleil et du ciel, découverte du matériel
  • des présentations de logiciels et d’applications
  • une sensibilisation à l’astrophotographie, la météorologie, etc

Selon tes envies et ta motivation, nous pouvons organiser et participer à:

  • des visites (musée, exposition, etc…)
  • des activités avec le Musée d’Histoire des Sciences
  • des sorties à notre observatoire
  • des manifestations (Nuit de la Science, etc…)
  • une sortie annuelle sur 1-2 jours
  • des rencontres et discussions avec des personnalités liées à l’astronomie

Bien entendu toutes les activités de la SAG nous sont ouvertes.

Si ce programme te tente, inscris-toi en nous envoyant un mail l’adresse suivante :
info AT astro-ge.net

La séance de prise de contact et d’informations aura lieu le
vendredi 18 novembre 2016
à 18h30 à notre local.

D’avance nous nous réjouissons de te rencontrer.

Pour le comité,
Alexandre Pozzi

Lien vers la section Jeunes

Sortie de l’Equinoxe de la Société Astronomique de Genève


Compte-rendu de la sotie équinoxe
de la Société Astronomique de Genève écrit par Katja Breda

Cuvaloup, samedi 24 septembre 2016

Tout d’abord, je tiens à garder en mémoire que ce jour-là, il faisait un temps splendide.

Marc, Mark et moi avons passé la journée (l’après-midi, pour moi) à poncer et repeindre l’observatoire sous un franc soleil de début d’automne (suite du récit ci-dessous).

Quand l’atmosphère a commencé à se rafraîchir, nous avons rangé et préparé l’apéritif. 17 heures 15… 20… 30… personne à part nous et nous avons plaisanté sur notre future soirée en petit comité. Tous les participants sont arrivés dans le quart d’heure qui a suivi.

Après une délicieuse fondue aux bolets et le départ de ceux qui voulaient rentrer tôt, Ricardo, Thomas, Gérald, Lucie, Kader, Robin, Laura et moi avons ouvert l’observatoire et mis le télescope en service.

Bon… Thomas a d’abord fait une mise à jour du logiciel « Carte du ciel ». Après, on a eu de la peine à expliquer à l’ordinateur qu’il devait piloter la monture mais, sous les étoiles, tant pis, on a pris le temps de tout faire marcher correctement. Quand on a été fin prêt, il était presque 23 heures et… les nuages se sont formés. On a quand-même pu pointer « dans les trous » et faire quelques belles observations d’amas globulaires et ouverts avant une pause forcée.

Des membres ayant peu de connaissance du ciel étant de la partie, avant de ranger nous allumons les lumières et sortons un des volumes de l’atlas NGC photographique afin de leur montrer différents types de galaxies et de nébuleuses.

Une vingtaine de minutes plus tard, Gérald nous signale que des trouées se forment et nous reprenons nos observations : M13 et M15, M27 et M57, NGC457, M31, M71, Albiréo, Uranus (Neptune était derrière le toit). Quand on est 8 dans l’observatoire les objets défilent lentement. J’en ai sans doute oublié quelques-uns. Entre minuit et minuit et demi, les nuages se sont petit à petit répandus dans tout le ciel encore une fois et nous avons fini par plier bagages.

Thomas, qui est retourné à pied dans la nuit jusqu’à sa voiture (parquée à Dappes) nous a dit plus tard que les nuages se sont dissipés pendant sa petite rando de nuit et qu’il a croisé des biches sur le chemin.

En conclusion, je dirais que c’était une édition très réussie de notre sortie de l’équinoxe, mêlant convivialité, gastronomie et observations au télescope.

Katja Breda

Apprendre l’astrophotographie


La Société Astronomique de Genève va lancer dès ce mois d’octobre une formation d’astrophotographie.

Avec l’évolution des capteurs électroniques, réflex numériques et caméras CCD, les amateurs peuvent maintenant rivaliser avec les photos des professionnels des années 1990.

Si vous êtes intéressés d’acquérir ces connaissances et techniques, rejoignez nous.

Voici quelques clichés pris par nos membres:

Galaxie d’Andromède
Auteur : Miguel Sanchez
miguel_m31

Nébuleuse d’Orion
Auteur : Patrick Chevalley
patrick_20160908-m42

Lune
Auteur : Eric Achkar
lune-5_resized

Dentelles du Cygne
Auteur : Miguel Sanchez
miguel_dentelles

Nébuleuse de l’Hélice
Auteur : Patrick Chevalley
patrick_helix

Galaxie NCG6946
Auteur : Fabio Mirra
fabio_-ngc6946

Lune dans les nuages
Auteur : Eric Achkar

Les photographies de nos membres


Suite à la formation d’astrophotographie offerte aux membres de la Société Astronomique de Genève à l’automne 2015, voici des clichés pris par nos astrophotographes:MiguelSanchezM31 : Galaxie d’Andromède
Auteur: Miguel Sanchez, le 08.08.2016.
Télescope : lunette Takahashi FSQ85 + reducteur focale Takahashi QE 0.73x
Monture : Skywatcher AZEQ 5
Imageur : Atik 490Ex mono
Guidage : Lacerta Mgen V2 au foyer d’une lunette TSL60D
Couche L (Baader) : bin 1×1, 23x 180 sec (1h09)
Couche RVB (Baader) : bin 1×1, 30x 120 sec R+V+B (1h00)
Soit une durée : 3h00 pour toutes les couches de couleur + 1h09 pour la luminance.
Verion Full : http://www.astrobin.com/full/259785/0/


FabioMirraPhoto de M27 ou NGC6853 : nébuleuse de l’haltère
Auteur: Fabio Mirra, dans la nuit du 12/13.08.2016.
Télescope : GSO RC 8′ – 203/1624 – F8
Monture : Avalon Linear Fast Reverse
Imageur : Atik 460Ex mono
Guidage : Lodestar X2 via diviseur optique Atik / PHD2
Couche L (Astronomik) : bin 1×1, 35x 180 sec (1h45)
Couche RVB (Astronomik) : bin 1×1, 7x 180 sec R+V+B (1h03)
Temps de pose total : 2h48
Prétraitement : Prism v10
Traitement : Pixinsight
Version full : http://www.astrobin.com/full/259716/0/


BenjaminBravard

M31 : Galaxie d’Andromède
Auteur: Benjamin Bravard, le 04.08.2016
12 clichés de 240s
Traitement avec pixinsight


Yves-AndréFaseletMarcDumas

Yves-AndréFaseletMarcDumas2Nébuleuse de l’haltère M27 (ou trognon de pomme)
Double amas de Persée (NGC 884 et NGC 869)
Auteurs: Yves-André Fasel et Marc Dumas dans la nuit du 12/13.08.2016.
Canon 760D défiltré au foyer d’une lunette William Optics FLT 110.
Monture Paramount
11 poses de 2 minutes soit un temps de pose total de 22 minutes pour chacune des images, traitée à l’aide du logiciel DeepSkyStacker.


EricAchkarLune
Auteur: Eric Achkar
Télescope 115/900
Appareil photo: Smartphone, zoom digital 2.4x


Albireo
Etoile double Albiréo
Auteurs: Yves-André Fasel et Marc Dumas dans la nuit du 12/13.08.2016.
Canon 760D défiltré au foyer d’une lunette William Optics FLT 110.
Monture Paramount

2,5 sec 1600 ISO


saturn
Saturne
Auteur: Eric Achkar
Cliché pris avec Webcam modifiée.
Au foyer d’un télescope de 203 mm de diamètre à F/D = 10.
Mille images additionnées avec Registax.
Traitement grâce à la technique des ondelettes
Source: http://eric.achkar.free.fr/astronom…/050315saturn/saturn.jpg

Les étoiles filantes


Nuit des étoiles
Chaque année, nous entendons parler de la nuit des étoiles dans les médias au mois d’août. Pourquoi cela se répète-t-il chaque année ? La raison est simple : la comète Swift-Tuttle a laissé dans son sillage des débris que la Terre croise chaque année entre les 23 juillet et 20 août avec un maximum dans la nuit du 12 au 13 août.

Pourquoi ces étoiles filent ?
La terre est un corps céleste de grande taille avec un champ gravitationnel important pour ces petits débris. Quant la terre s’en approche, ils sont alors attitrés et se précipitent à sa surface avec une vitesse vertigineuse de plusieurs dizaines de kilomètres par seconde. En rentrant dans l’atmosphère, le frottement avec l’air consume ces bolides : ils génèrent cette lumière si caractéristique d’étoile filante.Etoiles_filantesComment avoir le plus de chances de les voir ?
Les conditions essentielles : il faut un ciel clair, ouvert et dénué de pollution lumineuse. Le moment le plus favorable est la nuit du 12 au 13 août car c’est durant cette nuit que le nombre d’étoiles filantes par heure est le plus élevé : il peut alors atteindre plus d’une centaine par heure.

Quel équipement ?
Dès la tombée de la nuit : installez-vous confortablement, par exemple sur un transat, et regardez le ciel à la verticale sans instrument : le spectacle peut alors commencer !