L’astrophotographie en confinement

Voici des photos prises par les membres de la société astronomique de Genève de leur domicile depuis mi-mars 2020.

Transit de la station spatiale internationale devant la lune visible de Genève le 03 avril 2020

Podcast sur Radio Lac le 03 avril 2020
  • Le vendredi 03 avril 2020 entre 21h05m11sec et 21h05m13sec (GMT+2 = heure locale), la station spatiale internationale (ISS) passera devant la lune comme indiqué sur l’image ci-contre.
  • Ce phénomène sera visible au-dessus du canton de Genève dans la zone de visibilité (bande violette) indiquée dans les deux cartes de visibilité ci-dessous.
  • La durée du transit devant la lune sera très court. Il durera 0.67 seconde.
  • Des détails complets (en anglais) sur ce transit sont donnés après les deux cartes ci-dessous.
  • Une petite lunette astronomique sera nécessaire pour voir ce transit en raison de la petite taille de l’ISS.
  • ISS angular size: 57.77″; distance: 478.29 km
  • Angular separation: 0.3′; azimuth: 154.0°; altitude: 61.1°
  • Transit duration: 0.67 s; transit chord length: 32.8′
  • R.A.: 09h 11m; Dec: +19° 17′; parallactic angle: 18.4°
  • ISS velocity: 49.2 ′/s (angular); 6.84 km/s (transverse)
  • ISS velocity: 2.78 km/s (radial); 7.38 km/s (total);
  • Direction of motion relative to zenith: 142.9°
  • Moon angular size: 32.8′; 34.0 times larger than the ISS
  • Moon phase: 75.0%; angular separation from Sun: 120.0°
  • Sun altitude: -10.5°; the ISS will be illuminated

Observer la comète Atlas C/2019 Y4

Que voir depuis sa fenêtre en ces temps de confinement, puisque la présente situation nous oblige d’admirer la nature de son logement ?

La comète Atlas C/2019 Y4 est actuellement visible dans le ciel nocturne.
La carte du ciel ci-dessous indique sa position parmi les constellations entre le 1er avril et le 30 juin 2020.

La date est indiquée comme suit:

  • 1er point: 2020/IV/1 (7.73) = 1er avril 2020
  • 2e point: 6 (7.41) = 6 avril 2020
  • 7e point: V/1 (5.16) = 1er mai 2020
  • dernier point: 30 (6.69) = 30 juin 2020

La magnitude visuelle de la comète (qui indique sa brillance) est indiquée entre parenthèses à droite de la date.
Lorsque la magnitude est:

  • comprise entre 6.00 et 8.00, la comète est visible dans de bonnes jumelles ou dans un petit télescope.
  • comprise entre 4.00 et 6.00, la comète est visible à l’oeil nu avec un ciel dénuée de pollution lumineuse, d’où l’importance d’éteindre tout éclairage nocturne superflu
  • inférieure à 4.00, elle commence à être visible dans un ciel présentant un peu de pollution lumineuse
  • inférieure à 2.00, elle peut être visible du canton de Genève

Voici les éphémérides téléchargeables au format Excel.

La magie du ciel étoilé dans le silence de la nuit

Que voir depuis sa fenêtre en ces temps de confinement, puisque la présente situation nous oblige d’admirer la nature de son logement ?

Ces prochains soirs, la planète Vénus – aussi connue sous le nom de l’étoile du Berger – est visible après le coucher du soleil comme une étoile très brillante en direction de l’Ouest. Proche de Venus, vous pourrez voir l’amas d’étoiles des Pléiades. Il s’agit d’étoiles jeunes, qui ont environ 100 millions d’années, elles se trouvent dans la constellation du Taureau. Une paire de jumelles vous permettra d’en découvrir la beauté.

Ces prochains jours, la lune sera également visible le soir dans le même secteur du ciel comme indiqué sur l’image ci-dessous (représentation du ciel étoilé le dimanche 29 avril 2020 à 20h30).

Prenez le temps de vous émerveiller seul ou en famille devant le ciel étoilé dans le silence magique de la nuit. Eteignez toutes les lumières superflues de votre logement, car chaque ampoule restée allumée nous retire des étoiles ainsi que la vue sur le firmament. N’oubliez pas de fermer vos volets pour permettre à vos voisins de retrouver ce grandiose spectacle.

Comme à l’occasion de la Nuit est Belle !, vous reprendrez conscience que le ciel étoilé est un des plus beaux paysages du monde.

Coécrit par:
Eric Achkar, Président de la Société astronomique de Genève
et Pascal Moeschler, Conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Genève

L’étoile du Berger

Visible le soir
En ce moment une étoile d’un vif éclat est visible après le coucher du soleil en direction de l’Ouest (photos ci-dessous). Par sa brillance, cet astre qui porte le nom d’étoile du Berger surpasse toutes les étoiles se trouvant dans son voisinage. Mais qu’est-ce que l’étoile du Berger ?

Une planète
L’étoile du Berger est en fait la planète Vénus dont l’éclat est lié à sa proximité avec la terre et également à l’albédo élevée de son atmosphère. Contrairement à une étoile, qui génère elle-même sa lumière, Vénus ne fait que réfléchir la lumière du soleil.

Une orbite intérieure
Vénus orbite autour du soleil à 108 millions de kilomètres du soleil et la Terre à 149 millions. De ce fait Vénus est une planète « intérieure » du point de vue orbital par rapport à la terre.

Pour un observateur terrestre, elle restera au voisinage du soleil et sera visible soit avant le lever du soleil ou après son coucher. Elle indiquera respectivement l’Est le matin et l’Ouest le soir.

C’est l’astre le plus brillant après le soleil et la lune. Cette particularité la rendait utile pour les bergers qui pouvaient facilement s’orienter dans les temps reculés lorsque le soleil était sous l’horizon.

Vénus visible vers l’Ouest le soir
Vénus en gros plan

La Noctilogie: une nouvelle discipline scientifique dédiée à la nuit

Pascal Moeschler, biologiste et conservateur au Muséum d’histoire naturelle de Genève
et
Eric Achkar, Ingénieur et Président de la Société astronomique de Genève
fondent « La Noctilogie » une nouvelle discipline scientifique dédiée à la nuit.

Cette nouvelle discipline scientifique fait l’objet d’un article complet écrit par Eric Achkar et Pascal Moeschler dans « L’astronomie » du mois de janvier 2020, édition n°134, la revue scientifique de la Société astronomique de France, dont la première des quatre pages se trouve ci-dessous. Cet article (pages 60 à 63) est accessible par un large public et ne nécessite pas de prérequis scientifique. La revue « L’astronomie » est disponible en kiosque depuis le 19 décembre 2019.

Intervention sur TV5 Monde

La Société astronomique de Genève intervient sur le sujet de la pollution lumineuse sur TV5 Monde le 28 octobre 2019 à 18h30.

Michel Mayor : prix Nobel de Physique

Michel Mayor, président d’honneur de la Société astronomique de Genève, et Didier Queloz sont prix Nobel de physique 2019.

Téléjournal de la Radio Télévision Suisse (19h30) le 08 octobre 2019
Michel Mayor « Ca a été une surprise mais aussi une joie énorme, un honneur incroyable. Je pense aussi à tous les collègues. »

Exoplanètes : les chasseurs de mondes
Alors que le Prix Nobel de Physique vient d’être attribué aux Romands Michel Mayor et Didier Queloz ! Tania Chytil et Patrick Baud, le créateur de la chaîne YouTube Axolot, ont suivi l’astrophysicien Michel Mayor au Chili. Ils nous emmènent dans les lieux où se trouvent les outils d’observation astronomique les plus puissants du monde, à travers l’univers de la découverte des exoplanètes, ces astres susceptibles d’héberger la vie et peut-être même d’accueillir l’humanité dans le futur…

La Nuit est belle à la télévision et à la radio

Voici le téléjournal de la Radio Télévision Suisse (RTS) à propos de l’événement intitulé « La Nuit est Belle » qui a eu lieu le 26 septembre 2019. Cet événement majeur a consisté en l’extinction de l’éclairage public pour voir les étoiles de plus de 150 communes répartis entre la Suisse et France impliquant les Cantons de Genève et Vaud ainsi que les départements de la Haute-Savoie et de l’Ain.

Voici ci-dessous l’émission « Ensemble » diffusé sur Léman Bleu le 03 octobre 2019 qui revient sur la soirée du 26 septembre 2019.

Voici ci-dessous une intervention sur France 3 enregistrée le soir du 26 septembre 2019.

Ci-dessous une intervention radiodiffusée sur France Info le 26 septembre 2019.

Conférence de presse : la Nuit est Belle

Message lu par Eric Achkar, président de la Société astronomique de Genève, durant la conférence de presse du 19 septembre 2019 annonçant le non-allumage de l’éclairage public du Grand Genève le 26 septembre 2019 (événement « La Nuit est Belle »).

Tout d’abord, je tiens à remercier très sincèrement le Grand Genève qui organise et coordonne cet événement avec les 149 communes de part et d’autre de la frontière qui ont décidé de participer à ce non allumage de leur éclairage public durant la soirée du 26 septembre 2019. Cette prise de conscience montre un élan formidable de coordination sur une thématique transversale et multidisciplinaire qui touche autant l’énergie, la santé, la biodiversité, la sociologie, l’architecture, l’urbanisme que l’astronomie.
(suite après la photo ci-dessous).

Cette action de grande ampleur permettra de faire « rayonner » notre territoire si vous me permettez l’expression.

« La Nuit est Belle » offrira aux habitants de notre territoire de voir à nouveau loin car c’est ce que nous avons tous besoin aujourd’hui face aux enjeux de notre temps.
(suite après la photo ci-dessous).

Les 5 expériences d’extinction exceptionnelle de l’éclairage que la Société astronomique de Genève et le Muséum d’histoire naturelle de Genève ont conduites à Archamps, Prangins, Valleiry, Bernex et Collonges sous Salève, dans la continuité des 35 conférences scientifiques sur la pollution lumineuse données par Monsieur Moeschler, conservateur au Muséum d’histoire naturelle de Genève, et moi-même en 4 ans, ont montré à chaque fois la même ferveur au sein de la population face à la beauté du ciel étoilé enfin retrouvé grâce à un « moins de lumière ». La population a manifesté une envie de renouveler encore et encore ces opérations pour retrouver le ciel étoilé.
(suite après la photo ci-dessous).

Afin de donner plus d’amplitude à cette dynamique, éteindre un territoire plus grand va dans cette continuité logique, c’est ce qui va se produire le 26 septembre afin d’amplifier le contraste stellaire et de sensibiliser aux enjeux multiples associés.

Je formule ici le souhait que l’opération « La nuit est Belle » puisse donner une puissante impulsion et inspirer d’autres grands territoires en Suisse, en France, en Europe ou dans le monde de faire de même. Ainsi notre territoire restera dans l’histoire le premier à avoir pris cette décision d’une très grande modernité et initiera un profond changement sociétal de notre rapport, nous humains, avec la nuit, trop souvent connotée négativement.
(suite après la photo ci-dessous).

Dans le cadre de « La Nuit est Belle », entreprises, particuliers, etc… sont incités à jouer le jeu en limitant les émissions de lumières cette nuit-là.

Guillaume Apollinaire écrivit « Il est grand temps de rallumer les étoiles », tel sera l’objectif de cette soirée qui offrira, si la météo le permet, le spectacle du ciel étoilé à la population de notre territoire tel qu’il a été visible sur terre pendant plusieurs milliards d’années.

Prenons le temps ce 26 septembre, de regarder les étoiles et/ou d’écouter les sons de la nuit afin de se réapproprier ce magnifique spectacle nocturne, de percevoir notre territoire autrement.

Maintenant, nombre d’entre vous se poseront la question de pourquoi le 26 septembre ?

  • Tout d’abord, la lune sera invisible le soir et nous serons proches de la nouvelle lune, ce qui offrira un beau ciel contrasté si le temps le permet.
  • Ensuite la voie lactée, notre galaxie, sera verticale par rapport à l’horizon terrestre au coucher du soleil. Elle apparaitra telle une magnifique arche surplombant le ciel. Sa présence magnifiera la splendeur de la nuit et montrera que « La Nuit est Belle », tout en contribuant à reprogrammer les croyances trop souvent négatives à son égard… car elle n’est que la frêle ombre de la terre.
  • Enfin ce 26 septembre, il y a aura Saturne et ses anneaux ainsi que Jupiter et ses lunes peu après le coucher du soleil, toutes deux visibles à l’œil nu et au télescope pour plus de détails
    (suite après la photo ci-dessous).

Pour permettre à la population de profiter pleinement de ce spectacle céleste, plus de 50 astronomes amateurs de Suisse et France vont se mobiliser sur plus de 20 sites des 2 côtés de la frontière, la liste des sites est accessible sur le site la Nuit est Belle

Cette mobilisation du territoire franco-suisse démontre une capacité exceptionnelle de coordination.

Ce moment nous permettra de nous reconnecter à l’univers d’où nous venons, puisque tout ce que nous voyons, notre belle planète Terre ainsi que nous-mêmes sommes in-fine de la poussière d’étoiles.

Afin que le ciel étoilé ne disparaisse pas, je souhaiterais citer cette phrase de l’UNESCO datée de 1992 : « Le ciel étoilé fait partie intégrante du patrimoine mondial à préserver », phrase qui prend tout son sens aujourd’hui à l’orée de « La Nuit est Belle ».

Mesdames et Messieurs, je vous remercie.

Crédit photos: Philippe Wagneur, Muséum d’Histoire Naturelle de Genève

La Nuit est Belle : Le Grand Genève sous les étoiles (non allumage de l’éclairage public le 26 septembre 2019)

La Nuit est Belle : Le Grand Genève sous les étoiles (article ci-dessous)

  • Un communiqué de presse annonçant le non allumage de l’éclairage public en partenariat avec la Société Astronomique de Genève, le Muséum d’histoire naturelle de Genève, le Grand Genève et la Maison du Salève est accessible à ce lien.
  • Un kit de communication à destination du public, des communes et de la presse sous l’angle astronomique est accessible à ce lien.
  • Une revue de presse et des publications sur Internet sont accessibles à ce lien.

Au 23 juillet 2019, voici la carte des communes (en vert) qui se déclarées participantes au projet d’extinction « La Nuit est Belle ».


Eclipse partielle de lune le 16 juillet 2019 ¦ 20 juillet 1969 : Premiers hommes sur la lune (Apollo 11)

Dernière minute :
La Société Astronomique de Genève intervient sur les ondes de Radio Lac à propos de l’éclipse partielle de lune de mardi soir. L’interview est accessible à ce lien :
Ecoutez : Comment observer l’éclipse de lune mardi soir à Genève ?


En ce mois deux juillet 2019, deux événements auront lieu:

1- Eclipse partielle de lune le 16 juillet 2019

  • Le merdi 16 juillet 2019, une éclipse partielle de lune sera visible de Genève.
    Une partie de la surface de la lune passera dans le cône d’ombre de la terre au moment de la pleine lune.
    Ce spectacle – peu fréquent – ne se reproduit pas à chaque pleine lune puisque le plan d’orbite de la lune autour de la terre n’est pas dans le même plan d’orbite de la terre autour du soleil.
  • L’éclipse se découpera en plusieurs phases (heure locale de Genève, GMT+2):
    • 20h43 : entrée dans la pénombre (quasiment invisible à l’oeil nu et sous l’horizon car la lune ne sera pas encore levée)
    • 22h01 : premier contact de la lune avec l’ombre de la terre (visible à l’oeil nu)
    • 23h31 : maximum de l’éclipse (plus de 60% de la surface de la lune sera plongée dans l’ombre de la terre)
    • 00h59 (le 17 juillet): dernier contact avec la lune (visible à l’oeil nu)
    • 02h17 : sortie de la pénombre (quasiment invisible à l’oeil nu)
  • Important : le soleil se couchera à 21h23 et la la lune se lèvera à 21h17
Voici un exemple d’éclipse partielle

Comment observer l’éclipse:

  • A l’œil nu : l’ombre de la terre sur la lune est parfaitement visible ainsi que le changement de teinte du disque lunaire.
  • Aux jumelles : on distingue mieux les variations de couleur sur la lune. Il est conseillé d’utiliser un trépied pour stabiliser les jumelles afin de gagner en confort d’observation ou les poser sur un muret.
  • A la lunette ou au télescope : cela permet d’avoir accès à de fins détails sur les changements de couleur et de voir la lune progressivement pénétrer dans l’ombre de la Terre.

2- Cinquante ans des premiers hommes sur la lune et observation publique de la lune le 12 juillet 2019

En ce mois de juillet 2019, nous fêterons les 50 ans du premier alunissage d’Apollo 11 qui a eu lieu le 20 juillet 1969 (21 h 56 à Houston, lundi 21 juillet 1969 2 h 56 en Suisse).

La sonde partie de terre le 16 juillet 1969 mis 4 jours pour ralier la lune qui se situe à plus de 300’000 km de la terre. Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont été les 2 premiers hommes à fouler le sol lunaire. Durant cette mission plus de 20 kg de roches lunaires seront collectées et rapportés sur terre pour être analysées.

Pour fêter cet événement la Société Astronomique de Genève sera au Signal de Bernex le 12 juillet 2019 à partir de 21h00 avec des télescopes pour faire découvrir le relief lunaire au public. Seront aussi visibles dans le ciel, la planète Jupiter et ses lunes et plus tard dans la nuit, la planète Saturne dont les célèbres anneaux font rêver les petits et les grands.

Important: En cas de nuages, cette soirée sera annulée, il sera alors inutile de venir sur site. Nous vous recommendons de venir consulter cette même page le 12 juillet à 19h00 où l’annonce finale de ce programme sera communiquée.