Astronomie dans le Larzac

 

Gîte Stellarzac

J’ai eu la chance de passer une semaine dans le sud de la France avec un Dobson de 1 mètre à portée de main et je souhaite partager mon expérience.

J’ai découvert le gite de Frédéric Gea par hasard. En fait, j’étais à la recherche d’un télescope plus gros que mon 25 cm actuel mais chaque fois que j’investis dans un nouvel instrument, très rapidement je commence à rêver: « si seulement j’en avais un plus gros », « si seulement ce n’était pas si compliqué de trouver un ciel sombre » et le résultat est que tous mes télescopes finissent soit à la cave, soit chez ma belle-mère en Crète.

Un jour, j’ai pu faire un choix très différent: acheter un nouveau télescope avec toutes ces contraintes, ou disposer, pendant une semaine et avec un passionné d’astronomie, d’un télescope d’une taille comme je n’en aurai jamais. En plus, comme avec un instrument de cette taille même ceux qui ne sont pas intéressés par l’astronomie peuvent apprécier la beauté des objets du ciel profond, j’ai emmené toute la famille avec moi – et quand je parle de toute la famille ceci inclut mes parents, épouse et enfants vu que le gite de Stellarzac a de la place pour 6 personnes.

Une région magnifique

Comme la région du Larzac est fort belle, très sauvage, avec des gorges et des plateaux magnifiques pleins de petits villages médiévaux et que son climat méditerranéen plaît tellement quand on vient de nos contrées, toute la famille à été contente de son programme de la journée. Et la nuit… En plus, Frédéric est charmant au point que ma mère voulait l’adopter à la fin de la semaine.

Quant à l’observation, pouvoir prendre le livre de Laurent Ferrero » Splendeurs du Ciel Profond » avec l’assurance qu’aucun des objets ne serait hors de ma portée a été un régal. Pour moi qui aime les amas lointains, pouvoir voir des dizaines de galaxies dans l’amas Abel 2151, situé selon Laurent Ferrero à 700 millions d’années lumière, fut une expérience presque mystique. Résoudre tous les amas globulaires de Messier, avec dans le cas de M13, non seulement de NGC 6207 dans le champ mais aussi IC 4617 entre les deux a été un plaisir. Quand j’ai eu NGC 6543, l’œil du chat, dans l’oculaire, j’ai vu ce bleu des Caraïbes qui n’apparaît en général qu’en photo mais ma fille, sans savoir ce qu’elle devait voir, a fait le commentaire qui tue: « c’est beau ce rose autour du bleu »…

Je recommande à toute personne qui aime s’esquinter les yeux à l’oculaire de se donner le plaisir, au moins une fois dans sa vie, de profiter d’un télescope d’un mètre et d’un autre de 80 cm rien que pour elle, et ceci pendant une semaine.

 

 

Stéphane Mandelert

Informations et photos :http://www.stellarzac.com/