Observation au Signal de Bernex le 04.12.2013

La Société Astronomique de Genève a organisé une soirée publique d’observation au signal de Bernex le mercredi 4 décembre 2013. Le bulletin météo étant favorable le matin même, l’événement a donc été confirmé par une communication sur le site Internet vers 9h00 du matin.

A l’approche de l’événement un membre de notre société s’est rendu sur place et a constaté une visibilité limité à 100 mètres en raison de la brume. Il a aussitôt informé par email tous les membres de notre société de la situation climatique. Suite à cela, les appels qui ont été reçus par la Société Astronomique de Genève sur son unique natel d’astreinte, se sont soldés par un « désolé, c’est couvert, nous annulons à la dernière minute ».

D’autres membres de notre société ont bravé le climat et sont allés sur place car l’annonce des soirées grand public avait été faite très largement (presse, radio). Voici leur histoire :

« Nous sommes 4 à avoir bravé les éléments pour y aller malgré le brouillard.

J’ai parqué la voiture dans la brume vers 19h50 et, en regardant en l’air, j’ai vu quelques étoiles au zénith : Cassiopée et Persée étaient facilement reconnaissables.

Après Marc est arrivé et nous sommes montés au point d’observation (tout en haut de la colline). Nous avons observé les constellations d’été en train de se coucher à l’horizon Ouest puis nous avons observé un certain nombre d’objets de Messier dans nos jumelles.

Comme la ville était sous le brouillard, le ciel était étonnamment étoilé pour le lieu qui est normalement très pollué par la lumière. Faits rares, la Voie Lactée était bien visible, M31 et le double amas de Persée-Cassiopée étaient clairement perceptibles à l’oeil nu. En direction du sud, nous avons même pu observer Fomalhaut presque sur l’horizon. Inouï !

Nous avons été rejoints un peu plus tard par Margaret et Peter avec ses jumelles 25×100 montées sur un trépied Sachtler ACE L.

A nouveau, nous avons fait un tour des principaux objets de Messier et du double amas avec à présent un instrument nettement plus puissant. Nous avons alors pu observer :

  • des nébuleuses planétaires M27 et M57 (petites, tout de même),
  • des amas ouverts : les Pléiades et les Hyades, M35, 36, 37, 38 et 39 (M34 plus tôt dans mes jumelles 10×50) ainsi que Stock2 (non loin du double amas), Mel 20 (dans les 10×50),
  • une galaxie : M31,
  • un amas globulaire : M15.

Sans compter nos multiples observations de la Grande Nébuleuse d’Orion M42 et de la planète géante Jupiter et ses quatre satellites galiléens.

Impossible toutefois de pointer M81, M82 et M1, les jumelles s’étant embuées par la rosée, donnant le signal du départ.

Ne manquait que le public (juste deux visiteurs et leur chien).

Un merci particulier à Margaret qui a pensé à prendre ses victuailles au sommet de la colline et qui nous a réchauffé avec du thé et des biscuits parce qu’il faisait tout de même – 3°C sous ce superbe ciel étoilé. »

Katja Breda
Membre du comité de la Société Astronomique de Genève