La Nuit est Belle: Call to space agencies – Appel aux agences spatiales

English text : During the night between May 21st and May 22nd 2021, the public light of the Greater Geneva (territory that is both in Switzerland and France) and beyond will be kept switched off during the entire night for a event called « La Nuit est Belle » (= the Night is beautiful). This event is to raise people awareness of the multiple impacts of light pollution.

I am calling all space agencies worldwide to take a night picture of our territory from space and publish the picture to show the difference between a « normal » day with public lighting turned on and during « La Nuit est Belle » while all public lights will be kept off.

Here is the map of participating cities (labelled in dark blue) which will keep their public lights off during the night between May 21st and May 22nd 2021.


Texte en français : Durant la nuit du 21 au 22 mai 2021, l’éclairage public du Grand Genève (territoire qui se trouve à la fois en Suisse et en France) et au-delà sera éteint durant toute la nuit durant l’évènement intitulé « La Nuit est Belle ». Cet évènement à pour but d’éveiller les consciences aux impacts multiples induites par la pollution lumineuse.

Je lance un appel aux agences spatiales de par le monde pour qu’une photo de nuit de notre territoire soit prise et publiée afin de montrer la différence entre un jour « normal » avec éclairage public et durant la « La Nuit est Belle » quand l’éclairage sera éteint.

Voici la carte des communes participantes (indiquées en bleu foncé) qui conserveront leur éclairage public éteint durant la nuit du 21 au 22 mai 2021.

Eric Achkar
President of Geneva Astronomy Society / de la Société astronomique de Genève

Conférence de presse : la Nuit est Belle

Texte écrit et lu durant la conférence de presse du 10 mai 2021 annonçant la deuxième édition de la Nuit est Belle du 21 mai 2021


Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord, je tiens à remercier très chaleureusement les autorités du Grand Genève des deux côtés de la frontière ainsi que la fête de la nature pour leur travail remarquable dans le but de célébrer « la Nuit » lors de la 2e édition de la Nuit est Belle qui aura lieu le 21 mai 2021.

Savez-vous qu’il y a plus d’étoiles dans l’univers que de grains de sable à la surface de la terre ? Pourtant en ville et au 21e siècle, où justement nous devrions voir loin, nous ne voyons que quelques dizaines d’étoiles. Sommes-nous allés trop loin ?

Pour répondre à cette question et poursuivre sur la conclusion de Pascal, c’est quoi cette maison ?

Ce n’est pas une maison avec un toit ou des murs ni un nouveau musée dédié à La Nuit est Belle, non rassurez-vous, c’est encore plus dynamique que cela à nos yeux : il s’agit une nouvelle discipline scientifique que nous envisageons faire germer et croître sur notre territoire afin qu’elle essaime ensuite au-delà de celui-ci. Pascal et moi en avons semé la graine après la première édition de La nuit est belle en 2019.

Ainsi pour apporter une réponse constructive et dans l’air du temps, il nous est tous deux rapidement apparu évident que pour embrasser la thématique des pollutions lumineuses en lien avec le fonctionnement des paysages nocturnes qui touche de nombreuses disciplines (liste non exhaustive) telles que : biologie et biodiversité, astronomie, sociologie, histoire, médecine-sommeil-et santé, sciences de l’ingénieur et problématiques énergies, urbanisme et sciences des paysages, psychologie, mobilité, télécommunications, etc, il manquait une discipline scientifique : un toit commun qui les amènerait à parler ensemble sur le thème de la Nuit. Face à la complexité de cette thématique qui nécessite de penser au-delà des silos métier, il nous est tous deux apparu évidemment que nous devions fonder la Noctilogie : la science de la Nuit qui permet une approche holistique. L’analyse et la gestion des risques pourraient alors y revêtir une dimension globale et multidisciplinaire.

In-fine, l’optique de la noctilogie est de permettre une approche transversale et d’amener les différentes disciplines citées précédemment à travailler ensemble main dans la main et surtout à mutualiser les connaissances dans le but d’éviter les risques systémiques liés au manque de connaissance d’un domaine connexe non maîtrisé : en résumer éviter l’approche par silo génératrice de risques.

Il faut du plus global et du multidisciplinaire, une nouvelle façon de penser et du plus anthropocène. Il faut absolument faire dialoguer et se combiner au plus vite tous ces savoirs dispersés, voire très vite plus large et de manière plus ambitieuse. Et pas uniquement des dialogues entre spécialistes et disciplines universitaires, mais aussi et surtout avec toute la population concernée et ses intelligences collectives, ce que nous faisons tous ensemble déjà avec La Nuit est Belle !

Sans la limnologie, la science des lacs née dans notre région, nous n’aurions jamais épuré nos eaux. Dans le même esprit novateur, faisons donc croître dans l’élan de La Nuit est Belle cette nouvelle discipline dédiée à la nuit, la noctilogie. La limnologie est née du Léman, la noctilogie est en train de naître, fille de La Nuit est Belle et dotée de l’ADN de Grand Genève et dont sa raison d’être est, nous l’espérons, de partir à la reconquête de la Nuit.

Mesdames, Messieurs, je vous remercie.

Eric Achkar
Ingénieur et président de la société astronomique de Genève

Fondation d’une nouvelle discipline scientifique dédiée à la nuit: « La Noctilogie »

Suite à la création de la nouvelle discipline scientifique la « Noctilogie » qui s’intéresse à l’étude de la nuit, voici une interview de leurs fondateurs et également initiateurs de « La Nuit est Belle » :

  • Pascal Moeschler (Hydrogéologue, biologiste, ancien conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Genève et directeur du Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris)
  • Eric Achkar (Ingénieur, diplômé en gestion des risques et président de la Société astronomique de Genève)

Voici également leur article fondateur complet (au format PDF) publié dans la revue de la Société astronomique de France dont la première page se trouve ci-après.

13 octobre 2020: Opposition de la planète Mars avec la terre

La planète Mars sera en opposition avec la terre le 13 octobre 2020, ce qui signifie que le soleil, la terre et Mars seront alignés. Ce phénomène se produit tous les ~ 26 mois. L’opposition sera intéressante car Mars sera très proche de la terre et donc facilement visible à l’oeil nu. Toutefois la date de plus grande proximité de Mars avec la Terre est le 6 octobre 2020 puisque l’orbite de Mars est beaucoup plus elliptique que celle de la Terre.

De ce fait, son diamêtre visible atteindra environ ~ 22 secondes d’arc durant cette période d’opposition : Mars sera alors visible à l’oeil nu comme une étoile très brillante de couleur orangée. Elle sera aussi facilement accessible avec une lunette ou un télescope afin d’observer sa surface.

Les prochaines oppositions de Mars auront lieu :

  • le 08 décembre 2022, diamètre visible : ~ 16.9 secondes d’arc;
  • le 16 janvier 2025, diamètre visible : ~ 14.5 secondes d’arc;
  • le 19 février 2027, diamètre visible : ~ 13.8 secondes d’arc;
  • etc.

Il faudra attendre:

  • le 27 juin 2033 pour que Mars apparaisse à nouveau avec un diamètre visible supérieur à 22 secondes d’arc, similaire à l’opposition de 2020
  • le 15 septembre 2035 pour que Mars apparaisse à nouveau avec un diamètre visible supérieur à 24 secondes d’arc, pour décroitre à nouveau à partir de 2037.

En effet à chaque opposition le diamètre de Mars varie en raison de son orbite elliptique autour du soleil.

En conclusion, Mars et la Terre seront très proches en Octobre et il faudra attendre 13 ans pour à nouveau revoir Mars aussi grande de terre.

Voici un cliché pris avec un télescope de Genève le 17 septembre 2020 où l’on voit des détails à sa surface aisi que la calotte polaire.

Image de Mars prise de Genève avec un télescope de 200 mm (Auteur: Eric Achkar)

Voici quelques références supplementaires en anglais:

Les étoiles filantes

Nuit des étoiles
Chaque année, nous entendons parler de la nuit des étoiles dans les médias au mois d’août. Pourquoi cela se répète-t-il chaque année ? La raison est simple : la comète Swift-Tuttle a laissé dans son sillage des débris que la Terre croise chaque année entre les 23 juillet et 20 août avec un maximum dans la nuit du 12 au 13 août.

Pourquoi ces étoiles filent ?
La terre est un corps céleste de grande taille avec un champ gravitationnel important pour ces petits débris. Quant la terre s’en approche, ils sont alors attitrés et se précipitent à sa surface avec une vitesse vertigineuse de plusieurs dizaines de kilomètres par seconde. En rentrant dans l’atmosphère, le frottement avec l’air consume ces bolides : ils génèrent cette lumière si caractéristique d’étoile filante.Etoiles_filantesComment avoir le plus de chances de les voir ?
Les conditions essentielles : il faut un ciel clair, ouvert et dénué de pollution lumineuse. Le moment le plus favorable est la nuit du 12 au 13 août car c’est durant cette nuit que le nombre d’étoiles filantes par heure est le plus élevé : il peut alors atteindre plus d’une centaine par heure.

Quel équipement ?
Dès la tombée de la nuit : installez-vous confortablement, par exemple sur un transat, et regardez le ciel à la verticale sans instrument : le spectacle peut alors commencer !

L’astrophotographie en confinement

Voici des photos prises par les membres de la société astronomique de Genève de leur domicile depuis mi-mars 2020.

Transit de la station spatiale internationale devant la lune visible de Genève le 03 avril 2020

Podcast sur Radio Lac le 03 avril 2020
  • Le vendredi 03 avril 2020 entre 21h05m11sec et 21h05m13sec (GMT+2 = heure locale), la station spatiale internationale (ISS) passera devant la lune comme indiqué sur l’image ci-contre.
  • Ce phénomène sera visible au-dessus du canton de Genève dans la zone de visibilité (bande violette) indiquée dans les deux cartes de visibilité ci-dessous.
  • La durée du transit devant la lune sera très court. Il durera 0.67 seconde.
  • Des détails complets (en anglais) sur ce transit sont donnés après les deux cartes ci-dessous.
  • Une petite lunette astronomique sera nécessaire pour voir ce transit en raison de la petite taille de l’ISS.
  • ISS angular size: 57.77″; distance: 478.29 km
  • Angular separation: 0.3′; azimuth: 154.0°; altitude: 61.1°
  • Transit duration: 0.67 s; transit chord length: 32.8′
  • R.A.: 09h 11m; Dec: +19° 17′; parallactic angle: 18.4°
  • ISS velocity: 49.2 ′/s (angular); 6.84 km/s (transverse)
  • ISS velocity: 2.78 km/s (radial); 7.38 km/s (total);
  • Direction of motion relative to zenith: 142.9°
  • Moon angular size: 32.8′; 34.0 times larger than the ISS
  • Moon phase: 75.0%; angular separation from Sun: 120.0°
  • Sun altitude: -10.5°; the ISS will be illuminated

Observer la comète Atlas C/2019 Y4

Que voir depuis sa fenêtre en ces temps de confinement, puisque la présente situation nous oblige d’admirer la nature de son logement ?

La comète Atlas C/2019 Y4 est actuellement visible dans le ciel nocturne.
La carte du ciel ci-dessous indique sa position parmi les constellations entre le 1er avril et le 30 juin 2020.

La date est indiquée comme suit:

  • 1er point: 2020/IV/1 (7.73) = 1er avril 2020
  • 2e point: 6 (7.41) = 6 avril 2020
  • 7e point: V/1 (5.16) = 1er mai 2020
  • dernier point: 30 (6.69) = 30 juin 2020

La magnitude visuelle de la comète (qui indique sa brillance) est indiquée entre parenthèses à droite de la date.
Lorsque la magnitude est:

  • comprise entre 6.00 et 8.00, la comète est visible dans de bonnes jumelles ou dans un petit télescope.
  • comprise entre 4.00 et 6.00, la comète est visible à l’oeil nu avec un ciel dénuée de pollution lumineuse, d’où l’importance d’éteindre tout éclairage nocturne superflu
  • inférieure à 4.00, elle commence à être visible dans un ciel présentant un peu de pollution lumineuse
  • inférieure à 2.00, elle peut être visible du canton de Genève

Voici les éphémérides téléchargeables au format Excel.

La magie du ciel étoilé dans le silence de la nuit

Que voir depuis sa fenêtre en ces temps de confinement, puisque la présente situation nous oblige d’admirer la nature de son logement ?

Ces prochains soirs, la planète Vénus – aussi connue sous le nom de l’étoile du Berger – est visible après le coucher du soleil comme une étoile très brillante en direction de l’Ouest. Proche de Venus, vous pourrez voir l’amas d’étoiles des Pléiades. Il s’agit d’étoiles jeunes, qui ont environ 100 millions d’années, elles se trouvent dans la constellation du Taureau. Une paire de jumelles vous permettra d’en découvrir la beauté.

Ces prochains jours, la lune sera également visible le soir dans le même secteur du ciel comme indiqué sur l’image ci-dessous (représentation du ciel étoilé le dimanche 29 avril 2020 à 20h30).

Prenez le temps de vous émerveiller seul ou en famille devant le ciel étoilé dans le silence magique de la nuit. Eteignez toutes les lumières superflues de votre logement, car chaque ampoule restée allumée nous retire des étoiles ainsi que la vue sur le firmament. N’oubliez pas de fermer vos volets pour permettre à vos voisins de retrouver ce grandiose spectacle.

Comme à l’occasion de la Nuit est Belle !, vous reprendrez conscience que le ciel étoilé est un des plus beaux paysages du monde.

Coécrit par:
Eric Achkar, Président de la Société astronomique de Genève
et Pascal Moeschler, Conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Genève

L’étoile du Berger

Visible le soir
En ce moment une étoile d’un vif éclat est visible après le coucher du soleil en direction de l’Ouest (photos ci-dessous). Par sa brillance, cet astre qui porte le nom d’étoile du Berger surpasse toutes les étoiles se trouvant dans son voisinage. Mais qu’est-ce que l’étoile du Berger ?

Une planète
L’étoile du Berger est en fait la planète Vénus dont l’éclat est lié à sa proximité avec la terre et également à l’albédo élevée de son atmosphère. Contrairement à une étoile, qui génère elle-même sa lumière, Vénus ne fait que réfléchir la lumière du soleil.

Une orbite intérieure
Vénus orbite autour du soleil à 108 millions de kilomètres du soleil et la Terre à 149 millions. De ce fait Vénus est une planète « intérieure » du point de vue orbital par rapport à la terre.

Pour un observateur terrestre, elle restera au voisinage du soleil et sera visible soit avant le lever du soleil ou après son coucher. Elle indiquera respectivement l’Est le matin et l’Ouest le soir.

C’est l’astre le plus brillant après le soleil et la lune. Cette particularité la rendait utile pour les bergers qui pouvaient facilement s’orienter dans les temps reculés lorsque le soleil était sous l’horizon.

Vénus visible vers l’Ouest le soir
Vénus en gros plan